BOLIVAR FM 99.4 MAMOU

BOLIVAR FM - MOYENNE GUINÉE

BOLIVAR FM - 99.4 MAMOU

La préfecture de Mamou est située sur les contreforts sud et sud-est du massif du Fouta Djallon. Elle couvre une superficie de 8.000 km2 et occupe une position de transition entre la Basse Guinée et l’arrière pays continental. Avec une population de 236.326 habitants dont 51,4% femmes, sa densité est d’environ 30 habitants par km2. Malgré un taux élevé d’urbanisation, la population est essentiellement rurale: 79% de la population de Mamou se trouvent dans les zones rurales.

Sa superficie est repartie entre une commune urbaine et 13 Communautés Rurales de Développement (CRD), à savoir Bounliwel, Dounet, Gongorè, Kegnéko, Konkouré, Gnagara, Ourékaba, Porédaka, Saramoussaya, Soyah, Téguéreya, Timbo et Tolo. Ces unités administratives sont composées de 24 quartiers et 96 districts.

A la ville de Mamou se trouve aussi le Gouvernorat de la Région Administrative de Mamou, qui englobe les trois préfectures de Mamou, Dalaba et Pita.

La préfecture de Mamou est limitée au nord par les préfectures de Dalaba et Tougué, à l’est par les préfectures de Dabola et Dinguiraye, au sud par la République de Sierra Léone et à l’ouest par la préfecture de Kindia.

Son climat est tropical, adouci par l’altitude d’un relief caractérisé par l’alternance entre hauts plateaux à l’ouest et au nord-est, et des dépressions et bas plateaux au sud et au centre-nord, sillonnés par les affluents d’importants fleuves comme le Konkouré, le Bafing et la Kaba. La plupart des cours d’eau tarissent en saison sèche, la période d’étiage se situant pendant les mois de mars et avril.

LABE ( MOYENNE GUINEE )

La préfecture de Labé qui est l'une des cinq (5) préfectures de la Région Administrative (RA) de Labé couvre une superficie de 3.991 kilomètres carrés. Elle est située au nord-ouest de la République de Guinée à environ 1026 mètres d'altitude entre le 12°18 de longitude ouest et 11°19 de latitude nord.

La préfecture est limitée au nord par la préfecture de Mali, à l'ouest par celle de Lélouma, au sud par Pita et Dalaba et à l'est par Tougué et Koubia. Elle se subdivise en une commune urbaine et douze (12) sous-préfectures, à savoir Dalein, Tountouroun, Sannoun, Dionfo, Kaalan, Nousssi, Dara-Labé, Hafia, Garambé, Diarri, Kouramangui et Popodara.

La Commune Urbaine (CU) de Labé est divisée en 28 quartiers dont 12 urbains (Daka 1, Daka 2, Doghora, Dow Saré, Konkola, Kouroula, Mairie / Ley Saré, Madina, Mosquée, Pounthioun, Tata 1 et Tata 2) et 16 périurbains (Bambaya, Companya, Dongol, Dongol Dayébhé, Fady, Fafabhé, Falo Bowé, Horé Saala, Koulidara, Lombonna, Nadhel, Petewel, Poreko, Saala Douye, Safatou 1 et Safatou 2).

La préfecture de Labé est peuplée de 251.504 personnes dont 54,7% de sexe féminin. La plus grande partie de la population vit en milieu rural. Ainsi 80 sur 100 personnes résident dans les zones rurales. Avec 63 habitants au km2, Labé est la préfecture la plus densément peuplée de la Moyenne Guinée. La densité de la population de la commune urbaine est estimée à plus de 250 personnes au km2. Cette densité exceptionnelle est liée au statut de Labé-Centre, qui fait d'elle la capitale à la fois administrative, sociale, économique et culturelle de la RA.

BOLIVAR FM - HAUTE GUINÉE

BOLIVAR FM - 99.4 DINGUIRAYE

La préfecture de Dinguiraye est une subdivision administrative de la région de Faranah, en Guinée.Le chef-lieu est la ville de Dinguiraye.

Elle est subdivisée en 12 sous-préfectures : Dinguiraye-Centre, Banora, Dialakoro, Diatiféré, Gagnakali, Kalinko, lansanya et Sélouma.

 

BOLIVAR FM - 99.4 DABOLA

La préfecture de Dabola est située entre la Moyenne Guinée et la Haute Guinée. Elle est limitée au Nord par a préfecture de Dinguiraye, à l'Ouest par celle de Mamou, à l'Est par celle de Kouroussa, au Sud par celle de Faranah.

 Elle dépend de la région de Faranah et la ville de Dabola en est le chef-lieu.Les sous-préfectures de Dabola sont : Dogomet, Bissikirima, Banko, Kindoyé, kankama, Arfamoussaya, Ndéma.

 

BOLIVAR FM - BASSE GUINÉE

Kindia ( BASSE GUINEE )

A cheval entre la Moyenne-Guinée et la Guinée Maritime, la région administrative de Kindia s’étend entre les côtes atlantiques et les contreforts du Foutah Djalon, sur 26.932 km² (11% de la superficie nationale). Elle est constituée de 5 préfectures (Kindia, Coyah, Dubréka, Forécariah et Télimélé).

En 1996, la région comptait  928.312 hts (soit 13 % de la population guinéenne), pour une densité de 34,5 hts au km², contre une moyenne nationale (non compris Conakry) de 25 hts. Entre 1983 et 1996, la population de la région est passée de 555.957 à 928.312 habitants, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 4%.

Formée de plaines marécageuses s’élargissant vers le nord du pays, la région de faible altitude est parfois inondable. Cependant, on y rencontre quelques monts : Gangan (1.116 m), Benna (1.124 m), Kakoulima (1.011 m).

La région jouit d’un climat tropical de type sub-guinéen, influencé par la mer. Elle est caractérisée par deux saisons d’égale durée : la saison sèche, qui s’étend de Novembre à Avril et la saison pluvieuse, de Mai à Octobre, avec une pluviométrie annuelle moyenne variant entre 1900mm et 3600 mm d’eau par an d’une préfecture à une autre

CONAKRY ( BASSE GUINEE )

La ville de Conakry, considérée comme une zone spéciale comprend cinq Communes : Dixinn, Kaloum, Matam, Matoto et Ratoma. Adossée à l’Océan Atlantique, elle est limitée vers le continent par la Préfecture de Dubréka au Nord et par la Préfecture de Coyah à l’Est.

La zone de Conakry couvre une superficie de 308 km2. A sa pointe Ouest, se dessine l’archipel des Iles de Loos. La végétation est essentiellement constituée de mangroves dans les Communes de Ratoma et Matoto. Cette végétation est menacée de destruction sous l’effet de la poussée urbaine marquée par un développement des constructions individuelles et des activités du secteur informel.

Le climat de la zone, de type tropical, est caractérisé par des températures variant entre un maximum de 37°5 en avril et un minimum de 24°6 en août. La pluviométrie moyenne annuelle est évaluée à 4.300,7mm  de pluie avec un maximum en juillet / août tandis que la moyenne de l’humidité relative est de 94,6% pour l’humidité maximum et de 63,1% pour l’humidité minimum.

L’agriculture (cultures maraîchères, tubercules, oléagineux, fruits, céréales) et l’élevage (surtout de volaille) sont pratiqués principalement dans les zones périphériques à caractère rural des Communes de Ratoma et Matoto sous forme familiale. Leur commercialisation assure un revenu minimum aux familles qui s’y adonnent.

Les autres principales activités de la zone sont le commerce, les services, l’artisanat et la pêche. Au Port Autonome de Conakry, dans la Commune de Kaloum, se développent les échanges commerciaux. La pêche (artisanale et industrielle) occupe une place importante et les métiers de la pêche sont en plein essor dans toute la zone, même si on constate une baisse du volume de poissons frais  débarqués depuis quelques années : 27% en 2000 et 29% en 2001.

Le petit commerce occupe une grande place dans le secteur informel, et s’effectue dans les marchés du périmètre urbain. Ces marchés sont classés en trois catégories : marchés à l’échelle de la ville, marchés à l’échelle de plusieurs quartiers, marchés à l’échelle d’un quartier et/ou spécialisés. L’activité industrielle y est plus dynamique que partout ailleurs dans le pays. Elle s’exerce à travers des unités de fabriques de jus de fruits, de boissons alcoolisées, des produits laitiers, d’oxygène, de tôles, de matelas, etc..

Selon le QUIBB 2002, la population de Conakry est estimée à 1.412.143 habitants soit 51,9% des populations urbaines de la Guinée. Le taux d’accroissement annuel est estimé à 6,6%. 40% de cette population ont moins de 15 ans ; 2,5% sont des personnes âgées de plus de 65 ans et 48% sont des femmes. L’accroissement rapide de la population de Conakry tient en grande partie au phénomène de migration vers les grands centres urbains. Il s’accompagne d’une demande de plus en plus forte de services de base (assainissement, logement, services scolaires et sanitaires etc.).

Sur le plan du tourisme, la zone spéciale de Conakry offre un potentiel remarquable, comprenant des sites archéologiques et historiques, paysages culturels, lieux de mémoire, monuments commémoratifs. Conakry abrite le Musée National. Les Iles de Loos avec leurs plages, la Grotte de Kakimbo, le site sacré de Gbassikolo, la Cathédrale Sainte-Marie de Conakry, la Grande Mosquée de Conakry, les collections d’artisanat d’art sur les marchés et aux abords des grands hôtels sont autant de ressources du patrimoine culturel et historique susceptibles de générer des revenus, et de contribuer au développement de la zone.

 

Bolivar fm

BOLIVAR FM


     Partenaires


Member Of

 

Facebook Like Button

Twitter Follow Button